Santé Quotidien, votre actualité santé et bien-être

Alarme en France : Une tique géante potentiellement mortelle envahit le Sud

A photography of a giant tick with striped legs, known as Hyalomma marginatum, attached to the skin of a horse in a dry Mediterranean landscape.
La tique géante Hyalomma marginatum, récemment implantée dans le sud de la France, notamment en Pyrénées-Orientales et en Corse, pose un risque potentiel de transmission de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC), une maladie grave avec un taux de létalité pouvant dépasser les 30%. Face à cette menace, l'Anses recommande une surveillance nationale renforcée, particulièrement en raison du réchauffement climatique qui pourrait favoriser son extension géographique.

L’arrivée de la tique géante en France

La présence de la tique géante, ou Hyalomma marginatum en France a d’abord été signalée en 2015. Originaire des régions chaudes et sèches telles que celles de la Méditerranée orientale, cette tique s’est installée dans le sud de la France. Plus particulièrement, on la retrouve dans les Pyrénées-Orientales, en Corse, et dans plusieurs autres départements de la façade méditerranéenne. Le changement climatique est cité comme une hypothèse importante expliquant cette installation. En effet, Hyalomma marginatum a besoin d’un environnement chaud et sec pour survivre et se reproduire. Toutefois, il est probable que des oiseaux aient transporté ces tiques sur de longues distances, facilitant leur propagation dans l’Hexagone.

Caractéristiques et identification

L’une des distinctions cruciales de cette tique est sa taille, environ deux fois plus grande que celle de la tique classique (Ixodes ricinus), atteignant jusqu’à 8 millimètres. Sa particularité réside dans ses pattes bicolores qui lui valent l’appellation de tique à pattes rayées. Ces caractéristiques permettent de la reconnaître plus facilement. Elle s’accroche fermement à la peau de ses hôtes à l’aide de son rostre. À ce jour, cette tique se retrouve principalement dans les zones de garrigues et de collines sèches des régions méditerranéennes.

Sur quels animaux se fixe la tique géante ?

Hyalomma marginatum se fixe essentiellement sur les animaux comme les chevaux, bovins, ovins, caprins, sangliers et chevreuils. En période de reproduction, après s’être nourrie de sang, la tique femelle tombe au sol pour pondre ses œufs. Les larves issues des œufs se fixent alors sur des petits mammifères tels que lièvres, lapins et oiseaux, reprenant un cycle de vie qui facilite leur propagation. Même si elle mord accidentellement les humains parfois, cela se produit rarement lorsqu’ils sont en mouvement. Cette capacité à se fixer sur divers animaux aide à étendre son aire de répartition.

Maladies potentiellement transmises par la tique géante

Hyalomma marginatum joue le rôle de vecteur pour plusieurs agents pathogènes. Parmi les plus notables figure le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC). Ce virus, endémique en Afrique, Asie et Moyen-Orient, a été identifié pour la première fois en France en 2023 dans des tiques collectées dans les Pyrénées-Orientales. Même si aucun cas humain n’a été détecté à ce jour dans l’Hexagone, le risque de transmission est réel. La FHCC provoque généralement un syndrome grippal avec troubles digestifs, qui peut évoluer en syndrome hémorragique avec un taux de létalité dépassant les 30% dans certains pays. En outre, Hyalomma marginatum peut aussi transmettre des rickettsies et des parasites affectant principalement les animaux d’élevage.

Surveillance et risques futurs

Face à cette menace potentielle, l’Anses recommande la mise en place d’une surveillance nationale. Le réchauffement climatique pourrait favoriser l’extension géographique de cette tique. L’Espagne a déjà enregistré des cas humains et la France pourrait suivre ce schéma. Actuellement, l’expertise scientifique confirme le risque d’émergence de la FHCC. Les systèmes de santé français sont néanmoins prêts à détecter et à gérer d’éventuels cas, grâce à l’expérience acquise et aux protocoles en place. La vigilance reste donc de mise pour contrer cette nouvelle menace sanitaire.

Résumé des principales informations

Caractéristiques Informations
Nom scientifique Hyalomma marginatum
Zones d’implantation en France Pyrénées-Orientales, Corse, Aude, Hérault, Gard, Bouches-du-Rhône, Var, sud de l’Ardèche
Maladie principale véhiculée Fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC)
Autres agents pathogènes Rickettsies, Theileria
Vecteurs de transmission Chevaux, bovins, ovins, caprins, sangliers, chevreuils, petits mammifères et oiseaux
Symptômes humains de la FHCC Syndrome grippal avec troubles digestifs
Taux de létalité de la FHCC Au-delà de 30% dans certains pays

Partager l'article

Articles sur le même thème

"A photography of a diverse group of children and adults, visibly displaying different allergic reactions, with common allergenic foods like peanuts, eggs, dairy products, and legumes in the background, highlighting the challenges of food allergies in today's society."

Allergies Alimentaires en Forte Hausse : Une Urgence de Santé Publique

La France fait face à une augmentation préoccupante des allergies alimentaires, touchant 4% des adultes et entre 6 et 8% des enfants, en partie due à des facteurs tels que le changement de modes de vie et le réchauffement climatique. Devant l’émergence de nouveaux allergènes, les experts, comme Séverine Fernandez du Syfal, appellent à une révision urgente de la réglementation européenne pour mieux protéger les personnes allergiques et prévenir les accidents graves.

Lire la suite